Presse NRL & autres

Traductions d'articles du journal de Sydney sur la NRL

Publications de la traduction d'articles sur la NRL du journal de Sydney (Sydney Morning Herald)

LE BUNKER EN NRL: UN OUTIL DE 2,5 MILLIONS D' €UROS

Le centre de contrôle de l'arbitrage-vidéo de la NRL, le bunker, a été testé pour le match du samedi 20/02/16, Penrith vs Parramatta. Il s'agissait d'un banc d'essai sans diffusion d'images de ralentis à l'attention du public. Aux manettes, trois arbitres de NRL étaient présents en tant qu'arbitres vidéo: Bernard Sutton, Ben Galea et Jason Robinson. A noter qu'au cours du championnat de NRL, tous les matchs n'ont pas lieu à la même heure ou le même jour ce qui permet aux directeurs de jeu du bunker responsables de l'arbitrage vidéo de se focaliser sur un seul match et d'être remplacés.

Selon la NRL, les très grands avantages de ce nouveau système seront les suivants: Les arbitres vidéo pourront par eux-mêmes avoir accès à n'importe quelle action, vue sous de nombreux angles. Chaque action sera filmée par plusieurs caméras (un total de 11) et les arbitres vidéo ne dépendront plus des ralentis contrôlés par le diffuseur. Les arbitres vidéo pourront aussi utiliser la fonction 'ralenti' à leur guise sur toutes les actions litigieuses. Par conséquent, les décisions seront prises plus rapidement, en 2015 la durée moyenne de prise de décision des arbitres vidéo était de 1mn 17s, la NRL souhaite faire tomber ce chiffre à 40 s.

Les arbitres vidéo auront accès à des écrans tactiles avec la possibilité de faire des zooms avant et arrière, de plus sur les écrans apparaitront plusieurs séquences de l'action de jeu en question. Pour voir à quoi ressemble le bunker, cliquez sur le lien ci-dessous:
http://www.smh.com.au/rugby-league/league-news/nrl-video-referee-bunker-system-ready-for-launch-20160222-gn0ldz.html#ixzz40tB9QKz8.
ET
Une superbe vidéo de la NRL qui explique (en anglais) comment ça fonctionne. Plutôt probant par l'image: https://www.youtube.com/watch?v=FR7XPA2-vrg

2016: Nouvelles règles en NRL. Bunker, mur protecteur, remplacements, tenu...

Suite à mes précédents messages sur le forum, trouvez ci-dessous les nouvelles précisions sur les nouvelles pratiques, interprétations et règles en NRL pour 2016. (pour ceux qui comprennent l'anglais) lire l'article en anglais qui résume certains de ces nouveaux points: http://www.nrl.com/new-rule-interpretations-introduced-for-2016/tabid/10874/newsid/92785/default.aspx.

_ Mur protecteur interdit. La règle suivante sera introduite de façon expérimentale dès les premiers matchs en février 2016. Si elle est concluante, elle sera adoptée pour toute la saison. L’arbitre sifflera une obstruction si deux attaquants ou plus forment un mur en s’alignant côte à côte derrière leur tenu afin d’empêcher les défenseurs de s’avancer directement vers le porteur du ballon pour contrer un drop. Cette nouvelle interprétation fait suite à la tactique mise en place la saison dernière par les Warriors d’Auckland qui consistait à former un mur protecteur de joueurs derrière leur tenu pour bloquer la montée des défenseurs vers le porteur du ballon positionné pour marquer un drop. Voir à ce sujet sous ‘règles du rugby à XIII’, mon message : ‘drop : mur protecteur’ avec vidéo.http://www.rugbyforumxiii.com/forum/viewtopic.php?f=26&t=63159.

_ Tenu non talonné = pénalité différentielle. Une pénalité différentielle sera sifflée contre tout joueur qui ne talonnera pas le ballon lors du tenu. En effet, le nombre trop élevé de joueurs ne faisant aucun effort pour talonner le ballon a poussé la NRL à introduire une règle expérimentale en début de saison. Selon la NRL, c’est une faute relativement mineure mais qui cause frustration chez beaucoup de treizistes. L’idée est qu’une pénalité différentielle aura un impact moins grand qu’une pénalité classique qui pourrait avoir des conséquences plus importantes sur le cours du jeu. Si cette règle s’avère concluante après les matchs de pré-saison (février/mars), elle sera appliquée pendant le reste de la saison.

Règles déjà décidées en 2015 pour la nouvelle saison 2016

_ Un compte à rebours/minuteur sera déclenché lors des renvois sous les poteaux et lors des mêlées. L'idée est de rendre le temps de jeu effectif le plus long possible car des équipes essaient de gagner du temps sur ces phases-là ou autrement dit d'en faire perdre à l'adversaire au détriment du spectacle. Cette mesure évitera aussi que des équipes essaient de compenser la plus grande fatigue causée par un nombre réduit de remplacements en essayant de récupérer leur souffle lors des mêlées et renvois. Les joueurs auront 30 secondes pour réaliser tout renvoi sous les poteaux et 35 secondes pour former une mêlée. L’équipe qui ne respectera pas cette consigne sera pénalisée. Si aucune des deux équipes ne se met en mêlée après 35 secondes, c'est l'équipe qui avait la tête et l'introduction qui bénéficiera d'une pénalité. Un chronométrage/minuteur intermédiaire (shot clock) sera visible sur le tableau d'affichage en-dessous du chronométrage du match.

_Le nombre des remplacements est ramené à 8. Le but recherché est que la fatigue des joueurs soit un facteur plus important dans le déroulement d'un match. En effet, avec moins de remplacements possibles, les joueurs auront tendance à être plus rapidement affectés par la fatigue ce qui permettra au jeu d'être plus ouvert. L'idée est aussi que le jeu sera moins axé sur l'entrée et la sortie de joueurs 'poids-lourds' (qui ne pourront plus être remplacés aussi souvent) à la faveur de joueurs de moindre gabarit qui apporteront au jeu une note plus tactique.

_ Mise en place d'un seul et unique centre de contrôle pour l'arbitrage-vidéo: le bunker. Il s'agit d'un seul et même centre d'analyse d'images où tous les ralentis de tous les matchs en NRL seront décortiqués en temps réel sous de nombreux angles par plusieurs arbitres vidéo. Cela permettra un laps de temps plus court pour prendre de meilleures décisions sur les phases litigieuses. En effet, les nouveaux moyens techniques mis à disposition de l'arbitrage-vidéo dans le bunker seront beaucoup plus performants et à la hauteur du défi sportif. Les décisions seront ainsi prises de façon plus homogène car un même panel prendra ses décisions de façon plus sereine loin du tumulte et de la pression des enceintes de jeu. Voir ci-dessus mon message à ce sujet (vidéo sur le bunker)...

Règle non retenue

_ Lors de la compétition de rugby à 9 à Auckland, la règle expérimentale dite ‘libre cours au jeu’ (free play) n’a pas été retenue pour la saison à venir. Cette règle existe en Super League et en Elite en France depuis quelques années même si lors de la compétition à Auckland cette règle n'a pas été appliquée exactement de la même façon qu'en Europe (sans entrer dans les détails techniques). La règle qui donne libre cours au jeu jusqu’au prochain tenu au joueur tirant un avantage d’une faute de l’adversaire ne sera pas appliquée en NRL. Cette interprétation est assez bien expliquée sur ce forum à cette adresse: http://www.rugbyforumxiii.com/forum/viewtopic.php?f=39&t=63213

A noter que tous les points ci-dessus ne sont pas des règles ou des pratiques internationales mais sont propres à la NRL uniquement !

CONTACT AVEC L'ARBITRE

Si le ballon est touché par l'arbitre, c'est un cas prévu par le règlement appelé 'responsabilité d'une faute imputable à aucune équipe'. Le texte stipule (page 34: Chapitre 12, paragraphe 5, point b):

Dans le cas où la responsabilité d’une faute n’est imputable à aucune équipe, c’est l’équipe attaquante qui bénéficiera de la tête et de l’introduction.

Si le ballon est touché par l'arbitre et que cela se produit de façon involontaire, la faute n'étant imputable à aucune équipe ET que cela affecte le cours du jeu, la partie reprendra par une mêlée avec balle et introduction à l'équipe attaquante (l'équipe qui joue dans le camp adverse et qui n'est pas nécessairement l'équipe en possession)

Cette règle assez insolite peut poser problème car il peut arriver qu'une équipe 'joue' le contact avec l'arbitre (contact du ballon ou du porteur du ballon avec l'arbitre) pour par exemple récupérer le ballon après le 4ème tenu (si elle joue dans le camp adverse). Dans ce cas l'équipe doit être pénalisée. Comme cela est déjà arrivé en NRL. Il est important de noter que même si l'arbitre se retrouve au sol du fait du contact (chose spectaculaire à voir, le jeu se poursuit si cela n'a pas d'incidence sur le cours du jeu; il est vrai qu'il y a aussi 2 arbitres présents). En NRL il n'est pas inhabituel de voir des arbitres finir sur les fesses sur impact avec le porteur ou un autre joueur, sans que le jeu ne soit arrêté (dans la mesure où le cours du jeu n'est pas affecté).

Cette même règle s'applique (faute imputable à aucune équipe) si un animal/un spectateur/un objet sur le terrain perturbe le jeu. A noter que la reprise du jeu ne se fera pas nécessairement par une mêlée selon la cas de figure dans lequel a eu lieu le contact ou l'intrusion. Ainsi, si un défenseur heurte l'arbitre au moment où le porteur du ballon est plaqué (pour ensuite jouer le tenu), cela peut ne pas avoir d'impact majeur sur le jeu, l'arbitre pourra ainsi siffler pour arrêter le jeu, se relever, se replacer à 10 mètres et refera repartir le jeu par le tenu en cours (au lieu d'une mêlée).

Règlement 2014-15 accessible sur le site de l'arbitrage http://arbitrage13.e-monsite.com/pages/reglements-du-rugby-a-xiii/regles-internationales-de-rugby-a-xiii.html . Voir aussi les autres cas de contact à l'index page 55 (voir le mot 'Contact')

A noter que le règlement ne détaille pas la nature du contact avec l'arbitre (sur coup de pied ou autre), mais il y a un paragraphe sur contact:
_ dans l'en-but adverse du porteur du ballon avec l'arbitre (chapitre 6, paragraphe 3.e page 16)
_ dans son propre en-but d'un défenseur porteur du ballon avec l'arbitre (chapitre 8, paragraphe 4.g page 22)
_ et l'usage du sifflet s'il y a contact (chapitre 16, paragraphe 8.1.e page 47)
 

La NRL prend des mesures pour influencer l'évolution du jeu

 

Brad Walter (Article du 5/12/2014, publié avec la permission du journaliste)

Contraindre les plaqueurs à libérer le porteur du ballon dès que l'arbitre a annoncé tenu, diminuer le nombre de remplacements et introduire des moyens plus dissuasifs pour empêcher les plaquages où le porteur est soulevé sont parmi les options envisagées pour maintenir un équilibre entre attaque et défense et garantir la sécurité des joueurs au moment où la NRL tente d'influencer la façon dont le jeu évoluera au cours de la prochaine décennie.


Pour la première fois dans l'histoire du rugby à XIII, les responsables de la NRL ont recueilli des données révélant les changements qui ont eu lieu dans le jeu depuis 2004 permettant de voir à quoi ressemblera le rugby en 2024. Il s’agit pour la NRL de déterminer si une intervention est nécessaire pour modifier les tendances qui ont conduit à une réduction du nombre d'essais, à moins de percées de la défense et de libérations de balle face à des défenses qui sont devenues de plus en plus structurées dans un contexte de plus en plus professionnel.
Les données qui suivent ont été présentées en décembre à un comité de travail de la NRL composé de 15 membres imminents (entraîneurs, arbitres, dirigeants): Wayne Bennett, Tim Sheens, John Lang, Trent Robinson, Daniel Anderson, Laurie Daley, Darren Lockyer, Michael Buettner, Mark O'Neill and Tony Archer.

EVOLUTION DU PROFIL DU RUGBYMAN EN NRL: passé, présent, futur

POIDS DES JOUEURS (kg)                                TAILLE DES JOUEURS (cm)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors que tous les participants s'accordaient à dire que le rugby à XIII se portait bien, l’entraîneur Wayne Bennett a souligné lors de la réunion que non seulement le nombre d’essais marqués avait diminué, passant d’une moyenne de 8,4 essais par match en 2004 à 7,3 en 2014 mais que le nombre de percées de la défense était aussi tombé de façon encore plus significative, avec même quelques matchs sans aucune percée de la défense et des essais marqués seulement sur coups de pied ou en passant en force juste après la ligne.

L’ATTAQUE
Les indicateurs d'un jeu offensif par match se sont dégradés au cours des 10 dernières années. Ci-dessous les 4 indicateurs les plus flagrants.

Percées de la ligne défensive

Essais

Libérations de balle

Attaques au ras du tenu lancées par les demis de tenu

(Chaque paire d’indicateurs statistiques est à une échelle différente)

Si rien n’est fait, il est à prévoir qu’en une décennie, le nombre d’essais par match pourraient tomber à 5,7 et les percées de la défense à 5,4.
"La situation au cours des 10 dernières années s’est développée sans que l’on intervienne et tout cela s’est produit car on a laissé faire", a déclaré Todd Greenberg, responsable de la NRL. "Au cours des 10 prochaines années, nous devons agir pour obtenir certains changements, nous devons prendre des décisions pour mettre en place ce que nous voulons pour notre discipline."


Les raisons identifiées qui expliquent ce glissement vers un jeu plus défensif sont les suivantes : le temps passé par les joueurs aux entraînements a plus que doublé, passant de 13 à 30 heures par semaine, les progrès technologiques, l’augmentation du personnel chargé des entraînements passant de 9 à 23 dans certains clubs et enfin la plus grande taille, force et condition physiques des joueurs qui sont maintenant des athlètes à temps plein (voir le tableau ci-dessus sur l'évolution du poids et de la taille des joueurs selon leurs postes).

LA DEFENSE
En 10 ans, le plaquage à 3 a remplacé le plaquage individuel.

Plaquages individuels

Plaquages à deux

Plaquages à trois

(Chaque paire d’indicateurs statistiques est à une échelle différente)

Un demi d’ouverture qui pesait 96 kg en 2004 devrait peser 107 kg en 2024, tandis que le poids moyen d'un arrière devrait passer de 84 kg à 96 kg au cours de la même période aussi un joueur polyvalent type aura une corpulence qui passera de 94 kg à 106 kg.


Selon Tim Sheens, entraîneur de Kangourous : "En 10 ans, tous les clubs sont allés de l'avant à grande vitesse, les salaires maximum autorisés ont augmenté de façon spectaculaire de sorte que les clubs peuvent dépenser et payer plus d'argent. Ainsi peut-on voir dores et déjà la différence, avec des joueurs qui sont entourés par un personnel sportif qualifié tout en ayant accès à des installations sportives hors pair".
Aucune décision n’a été prise lors la conférence, mais T. Greenberg et son équipe vont maintenant examiner de plus près les domaines clés suivants:


La vitesse d’exécution du tenu

En se basant sur les statistiques présentées à la réunion, ce qui saute aux yeux c’est que les tenus joués rapidement ont diminué, passant de 22 % en 2004 à 14 % en 2014 du total des tenus joués par match alors que les tenus joués lentement sont passés d’un petit 4 % à 10 %. Il a été suggéré que les arbitres devraient annoncer tenu plus rapidement et que les défenseurs devraient libérer le porteur du ballon immédiatement plutôt que de se retirer du plaquage un après l’autre comme ils ont maintenant trop tendance à faire.


"Je pense que probablement tout le monde conviendra qu’il faut accélérer la vitesse d’exécution du tenu pour donner au jeu une bouffée d’air" a déclaré J. Lang. "Ce n’est pas seulement le ralentissement du tenu qui est en question mais en fait le ralentissement de la phase de jeu avant que les plaqueurs et le plaqué n’arrivent à terre; ce qui fait défaut c’est le maintien debout du plaqué qui s’éternise. Cette dernière pratique n’a rien à voir avec la lenteur d’exécution du tenu. "


Cependant, une autre statistique montre que les attaques partant du ras du tenu initiés par les demis de tenu ont diminué, passant d'une moyenne de 54 par match en 2004 à 21 en 2014. Ceci a incité L. Daley à mettre en garde la NRL contre des ‘décisions radicales’ qui ne prendraient pas en compte les conséquences de mesures censées régler cette diminution.


"Ce que cela suggère, c’est que les attaques partant du ras du tenu lancées par les demis de tenu ont surtout lieu pour essayer de mettre les défenseurs hors-jeu, donc si on accélère le jeu, on observera une augmentation d’attaques menées par les demis de tenu," a-t-il déclaré.


La vitesse d’exécution du tenu
Au cours de la dernière décennie, la proportion des tenus joués rapidement s’est inversée au profit des tenus joués lentement.

Tenus joués lentement

Tenus joués rapidement

(Chaque paire d’indicateurs statistiques est à une échelle différente)

Les remplacements
 
Le nombre de remplacements en 2004 était de 12 contre 10 aujourd'hui. Mais avec des joueurs plus performants, il est largement admis qu'une nouvelle réduction du nombre de remplacements aiderait les équipes à déjouer une défense plus éprouvée et favoriserait les meneurs de jeu de moindre gabarit.
"Comme les joueurs sont de plus en plus performants, nous devons nous assurer que nous continuons à innover notre sport de sorte que la fatigue joue un rôle dans le rugby moderne," a déclaré T. Greenberg.
L. Daley a ajouté: "Si nous continuons sur la même voie, on peut exclure qu’un plus grand nombre de joueurs soient attirés par notre jeu, donc je pense qu’il serait mieux de simplement diminuer le nombre de remplacements ce qui permettrait d’avoir un jeu plus ouvert".

Prises interdites sur plaquage
En 2014, un nombre record de 28 joueurs ont été sanctionnés pour avoir utilisé des prises illicites sur plaquage et il y a maintenant par match une moyenne de 12,5 plaquages (tous en majorité réguliers) où le porteur est soulevé par les plaqueurs, les défenseurs essayant de mettre le porteur du ballon sur le dos pour qu’il ne puisse pas jouer le ballon rapidement.


Avec une plus grande fréquence de trois plaqueurs sur le porteur du ballon allant jusqu’à 35 % de tous les plaquages, proportion qui devrait atteindre 50 %, on peut émettre, dans ce contexte, des préoccupations sur la sécurité des joueurs ainsi que sur la diminution des occasions de pouvoir marquer.


"Dans le passé, les entraînements axés sur la défense consistaient à plaquer des sacs, quelques chambres à air et des choses de ce style mais le jeu a évolué au point que les joueurs passent maintenant excessivement de temps sur la défense et je veux dire la défense, pas le plaquage ", a déclaré T. Sheens. ‘’En plus du travail sur le plaquage et celui sur les prises dangereuses utilisées lors des plaquages et bien d’autres, les joueurs peuvent travailler sur la défense elle-même avec une stratégie de groupe."


J. Lang a déclaré que les joueurs étaient bien trop accoutumés à travailler les prises sur plaquage pour qu’on puisse les éradiquer complètement mais les plaquages dangereux doivent être éradiqués.


"Personne ne le fait exprès mais puisque maintenant on ne peut plus pratiquer le plaquage ‘faucheur’ (*) à trois, certains clubs y vont malgré tout assez fort avec des plaquages où les défenseurs saisissent la jambe du plaqué et cela a probablement augmenté le potentiel pour que les choses tournent mal," a-t-il ajouté.

5 décembre 2014 (Sydney Morning Herald)

Brad Walter
Reporter sportif

(*) le plaqué en position debout est coincé entre deux plaqueurs. Ainsi le porteur du ballon en position de faiblesse, bloqué et sans protection est, dans un second temps, fauché aux jambes/genoux par un troisième plaqueur.

ARTICLE D'ORIGINE EN ANGLAIS (voir ci-dessous le petit lexique pour les lecteurs de l'article en anglais)

PETIT LEXIQUE TREIZISTE
ANGLAIS FRANCAIS
OFFLOAD LIBERATION DE BALLE
LINEBREAK PERCEE DE LA LIGNE DEFENSIVE
DUMMY HALF RUN

ATTAQUE AU RAS DU TENU(lancée par le demi de tenu)

CANNONBALL TACKLE PLAQUAGE FAUCHEUR (à trois)
WRESTLE PRISE ILLICITE SUR PLAQUAGE
UTILITY PLAYER JOUEUR POLYVALENT

RUCK

PLAY-THE-BALL

LE TENU (en anglais australien)

LE TENU (en anglais britannique)

Traduction: Gestionnaire du site: Jérôme Cavalli (ex-membre CCA). Diplôme d'interprétariat de l'association australienne des interprètes et traducteurs (NAATI)

***

© Lors de toute reproduction partielle ou complète de la traduction de ces articles, merci de mentionner la source du texte et de la traduction

**

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×